guerre de vendée génocide

Leur analyse aurait été fondée, selon lui, sur les réflexions des philosophes politiques du XVIIIe siècle (comme Jean-Jacques Rousseau), qui considéraient que l'établissement de l'égalité nécessitait une population moindre que celle de la France de l'époque (en fait, pour ces philosophes, un gouvernement démocratique, fondé sur une certaine égalité des richesses, à l'exemple des cités-États de l'Antiquité, de Genève ou de Venise, réclamait non seulement un nombre de citoyens réduit, mais un territoire peu étendu). Mais ce plan est rejeté par Turreau, sans doute par opposition personnelle. Doit-elle nous cacher les aspects plus authentiques d'un chantier des études révolutionnaires aujourd'hui en plein réveil ? ». On 30 July 1796 the state of siege was raised in the western departments. 1. They ascribed the revolt to the resurgence of royalist ideas: when faced with insurrection of the people against the Revolution of the People, they were unable to see it as anything but an aristocratic plot. Seul le prince de Talmont traverse la Loire avec 4 000 hommes pour s'emparer de Varades et assurer à l'armée une retraite vers la Bretagne en cas de défaite. Il suffit de rappeler les propos de Jacques Hussenet, directeur d’une synthèse consacrée à la guerre de Vendée, estimant que le mot génocide n’ajoutait rien à la compréhension de la réalité pour douter de l’intérêt de ce retour sur une question maintenant bien établie. Après un sanglant combat, Quétineau capitule, ce qui lui vaudra d'être condamné à mort en décembre par le Tribunal révolutionnaire[84]. Il serait osé d'assimiler les guerres de Vendée à l' extermination des juifs par Hitler ou au massacre des Arméniens par le sultan. Après leur déroute à Entrammes, les républicains réorganisent leurs forces à Rennes. D'autres historiens ont employé le terme de « génocide » pour qualifier les massacres commis pendant la guerre civile dans le camp républicain. He used dubious statistical methods to establish population losses and fatalities, statistical processes that inflated the number of people in the region, the number and value of houses, and the financial losses of the region. [18], Within a few weeks the rebel forces had formed a substantial, if ill-equipped, army, the Royal and Catholic Army, supported by two thousand irregular cavalry and a few captured artillery pieces. There were many reported atrocities and a campaign of mass killing universally targeted at residents of the Vendée regardless of combatant status, political affiliation, age or sex. Charette et Sapinaud se montrent ouverts aux propositions de paix et envoient à leur tour deux émissaires, de Bruc et Béjarry, qui rencontrent les représentants en mission à Nantes entre le 28 et le 30 décembre[231],[232]. Guerres de Vendée – Le génocide vendéen. Dans le texte « L'historiographie de la Révolution Française à la veille du bicentenaire », paru en 1987, il écrit : « François Furet ne se reconnaît pas, et l'a dit, dans le réveil récent, provoqué pour partie depuis deux ou trois ans par l'approche du bicentenaire, d'une historiographie ouvertement contre-révolutionnaire. Il reprend la question du décret du 1er août 1793 prévoyant la « destruction de la Vendée », et le rapport de Barère qui affirme : « Détruisez la Vendée et Valenciennes ne sera plus au pouvoir des Autrichiens. Génocide ? Le plan de Turreau concerne le territoire de la Vendée militaire, qui comporte 735 communes, peuplées au début de la guerre de 755 000 habitants[190]. Au début du conflit, les forces républicaines sont constituées de gardes nationales locales et de troupes de ligne disposées sur le littoral pour contrer d'éventuelles incursions britanniques[63]. Dans son livre, il s'attache à l'ensemble de la répression de l'insurrection vendéenne, dont les acteurs principaux, côté républicain, sont le général Turreau, organisateur des « colonnes infernales », d'une part, les envoyés en mission Carrier à Nantes, Hentz et Francastel à Angers, villes où sont entassés des milliers de prisonniers vendéens, d'autre part. De son côté l'état-major vendéen est divisé quant à la conduite des opérations à mener. L'étude historique de la guerre de Vendée est marquée par une longue tradition conflictuelle, où s'expriment les rivalités mémorielles, les querelles entre écoles historiques et courants idéologiques, entre historiens universitaires, érudits, hommes de lettres et académiciens. Fin mars, la « Vendée militaire » est pour une bonne part dessinée : le territoire insurgé comprend le sud du département de la Loire-Inférieure (ancienne province de Bretagne), le sud-ouest du département du Maine-et-Loire (ancienne province d'Anjou), le nord du département de la Vendée et le nord-ouest du département des Deux-Sèvres (ancienne province du Poitou)[59]. Le 8 octobre, l'expédition est abandonnée et le gros de la flotte repend la route de la Grande-Bretagne, ne laissant derrière que 13 navires à L'Île-d'Yeu[280]. En fait, les origines de cette guerre menée essentiellement par des paysans sont plus complexes et difficiles à démêler. Le 10 décembre, la ville est prise après un court combat[123]. Son plan, bien loin de mettre fin à la guerre, pousse en réalité de plus en plus les paysans à rejoindre les insurgés. Progressivement désignés par le nom de « Vendéens », les insurgés établissent en avril une « Armée catholique et royale » qui remporte une succession de victoires au printemps et à l'été 1793. D'autres insurrections ont scandé l'histoire de la Vendée, qu'il s'agisse du soulèvement de 1815 ou de la tentative de la duchesse de Berry en 1832, marquant la naissance d'une conscience régionale spécifique. Le 11 janvier 1795, un accord est trouvé pour engager des pourparlers officiels[231]. Cette défaite provoque une nouvelle désunion parmi les généraux vendéens qui se séparent quelques jours plus tard pour regagner leurs pays[218]. Il remporte néanmoins quelques succès, le 26 janvier Chemillé et Vezins, faiblement défendues, sont prises. Parmi les victimes figureraient environ 20 à 25 % de républicains[356]. Mais les généraux royalistes se divisent entre ceux qui souhaitent signer la paix et ceux qui veulent poursuivre la guerre. In 1791, two representatives on mission informed the National Assembly of the disquieting condition of Vendée, and this news was quickly followed by the exposure of a royalist plot organized by the Marquis de la Rouërie. Les républicains laissent cependant 400 blessés qui sont massacrés[112]. Le 8 décembre, ils mènent une attaque sur Legé qui est repoussée. Cependant sa politique porte ses fruits[291]. On 5 May 1793, the main clash took place on the Pont de Vrine, the bridge over the stream leading into Thouars. [48], In Anjou, directed by Nicolas Hentz and Marie Pierre Adrien Francastel, Republicans captured 11,000 to 15,000 Vendeans, 6,500 to 7,000 were shot or guillotined and 2,000 to 2,200 prisoners died from disease. Si le terme de […] Le 13 juillet, il annonce que « les troubles de l'Ouest sont terminés »[325]. Le Génocide franco-français (sous-titré La Vendée-Vengé) est un essai historique de Reynald Secher portant sur la guerre de Vendée (1793-1800) et la Révolution française publié en 1986 aux Presses universitaires de France, puis réédité le 17 août 2006 par Perrin . Chronicle of the French Revolution, Longman 1989 p. 352, Chronicle of the French Revolution, Longman 1989 p. 372. It was not the fall of the old regime that aroused the population against the Revolution, but rather the construction of the new regime into locally unacceptable principles and forms: the new map of districts and departments, the administrative dictatorship, and above all the non-juring priests. Les 800 défenseurs se rendent, mais un quart d'entre eux sont fusillés cinq jours plus tard à Bouin, sur ordre de Pajot, sous le prétexte d'une tentative d'évasion[115]. Le 22 avril 1794, Charette, Stofflet, Sapinaud et Marigny se réunissent au château de La Boulaye, à Châtillon-sur-Sèvre. Stofflet insiste : le 14 février, il attaque Cordellier à Beaupréau, mais il est de nouveau battu. Ultimately, the uprising was suppressed using draconian measures. Jean-Clément Martin, Guerre de Vendée, dans l'Encyclopédie Bordas. [12] Persecution of the clergy and of the faithful was the first trigger of the rebellion; the second being conscription. La pacification ne s'avère être qu'éphémère. Son second, Baudry d'Asson, évacue quant à lui Challans et Saint-Gilles-sur-Vie le 29 mai et regagne Les Sables-d'Olonne[100]. Alain Gérard (1993). Après une halte aux îles d'Houat et de Hœdic[275], elle arrive le 23 septembre en vue de l'île de Noirmoutier, où elle songe à débarquer[276]. Les tensions montent jusqu'en mars 1793, sans trouver d'exutoire, quand la levée en masse fournit l'occasion aux communautés de s'unir contre les agents de l'État, dans un mouvement qui renvoie aux jacqueries traditionnelles, et de former des bandes à la tête desquelles les élites locales sont placées, de plus ou moins bon gré. « Tous sont surpris par la brutalité de la rébellion, la plupart hésitent à rallier les insurgés, certains même comme Charette doivent y être contraints par la force[13]. [13] Nearly all the purchasers of church land were bourgeois; very few peasants benefited from the sales. Considérant que la Contre-révolution est partout à l'œuvre, organisant des complots, et que les soulèvements forment un ensemble organisé, la « Vendée militaire » devient le symbole de cette Contre-révolution[26]. Le 8 juin, Louis XVII meurt à Paris[256]. Les travaux de Reynald Secher ont également connu un certain retentissement hors du monde universitaire et ont été repris dans les médias. The Vendean army had its first serious defeat at the Battle of Cholet on 17 October; worse for the rebels, their army was split. Alors que les troupes de Bonchamps livrent des combats sans résultat aux abords d'Angers, le reste de l'armée mené par d'Elbée tente une attaque au sud sur Luçon afin de repousser une incursion des républicains du général Tuncq qui ont brûlé Chantonnay. La mort de Charette marque la fin de la guerre de Vendée, même si quelques groupes d'insoumis subsistent encore[320]. La Rochejaquelein et Stofflet parviennent à traverser le fleuve avec une poignée d'hommes, mais ils sont aussitôt dispersés par quelques détachements républicains. Le 7 avril, le général Henri de Boulard sort des Sables d'Olonne avec 4 280 hommes[71]. Cette guerre justifie-t-elle l'emploi d'un ternie aussi chargé de symboles ? Le 28 février, il tient en échec les colonnes des généraux Cordellier et Crouzat aux Lucs-sur-Boulogne, mais les Républicains massacrent les habitants de la paroisse. Malgré la promesse de Haxo, considéré comme un officier loyal, ils sont tous fusillés sur l'ordre des représentants en mission Prieur de la Marne, Louis Turreau et Bourbotte. Mais dès le 12 juin 20 000 des 30 000 paysans rassemblés rentrent chez eux[92] et le 25 juin la garnison laissée sous le commandement de La Rochejaquelein ne compte plus que huit hommes[93]. Successes continued for some time: Thouars was taken in early May and Saumur in June; there were victories at Châtillon and Vihiers. Un second exemple qui illustre bien l’utilisation du devoir de mémoire est, surtout depuis la célébration du bicentenaire de la Révolution française, cette propension à fustiger un certain jacobinisme républicain au nom de la mémoire des minorités régionales opprimées ; certains historiens allant jusqu’à parler, comme Pierre Chaunu, un peu provocateur sans doute, du « génocide » des Vendéens par la République : « Nous n’avons jamais eu l’ordre écrit de Hitler concernant le génocide juif, nous possédons ceux de Barère et de Carnot relatifs à la Vendée. Babeuf a aussi créé l'adjectif « liberticide » le 20 août 1791. La commission Vaugeois siège à Rennes et à Vitré, elle prononce 84 condamnations à mort, 33 aux fers, 31 à la détention et 391 acquittements. The Vendeans were no more blameless than were the republicans. À la fin de l'Ancien Régime, d'après Michel Vovelle, la propriété nobiliaire occupe plus de la moitié des terres, contre 10 à 20 % pour la bourgeoisie, moins de 30 % pour la paysannerie et moins de 5 % pour le clergé. Punto final ! Sapinaud manque lui-même d'être capturé et doit s'enfuir à cheval[241]. Les célèbres « moulins de Vendée » dont la position des ailes servent à prévenir des mouvements des troupes gouvernementales en sont une illustration. Charette se retranche dans l'Île de Bouin, mais le 6 décembre l'adjudant-général Jordy prend l'île d'assaut avec 3 000 hommes. Trop peu nombreuse, l'armée républicaine est mise en déroute après un court combat et 3 000 soldats sont faits prisonniers. L'insécurité demeure cependant. De même, les juges de paix qui ont choisi le royalisme sont gardés en place[431]. À Angers, les représentants en mission Hentz et Francastel sont confrontés, comme Carrier à Nantes, à l'arrivée de milliers de prisonniers vendéens capturés lors de la Virée de Galerne[165],[166]. This relatively brief episode in French history has left significant traces on French politics, as the current argument on genocide suggests, yet it is reasonable to see the episode, Charles Tilly has claimed, in a far more benign light: West's counterrevolution grew directly from the efforts of revolutionary officials to install a particular kind of direct rule in the region: a rule that practically eliminated nobles and priests from their positions as partly autonomous intermediaries, that brought the state's demands for taxes, manpower, and deference to the level of individual communities, neighborhoods, and households that gave the region's bourgeois political power they had never before wielded.

Camping Corse Du Sud 2020, Purée De Fruit Picard, Joueur Champions League, Plan De Maison Gratuit 4 Chambres En Pdf, Webcam Wissant Surf, Sousse Tunisie Météo,